Recherche ESPERE

Étude du devenir des liens chez les enfants devenus adultes bénéficiaires du dispositif Espace de rencontre entre 2000 et 2012

Une recherche de terrain à l’initiative de la FFER

La Fédération Française des Espaces de Rencontre (FFER) sollicite l’Université d’Angers pour conduire une recherche sur le devenir des liens « familiaux » des enfants désormais adultes, ayant bénéficié du dispositif Espace de Rencontre entre 2000 et 2012.

Qu’appelle-t-on un espace de rencontre ?

« L’espace de rencontre est un lieu permettant à un enfant de rencontrer l’un de ses parents ou un tiers, ou de faire l’objet d’une remise à un parent ou un tiers. Il contribue au maintien des relations entre un enfant et ses parents ou un tiers, notamment en assurant la sécurité physique et morale et la qualité d’accueil des enfants, des parents ou des tiers. »

Comment sont structurés ces espaces en France ?

Les Espaces de rencontre existent depuis une trentaine d’années. Ils ont fait l’objet d’une loi (loi n° 2007-293 du 5 mars 2007) consacrant l’existence des espaces de rencontres, d’un décret (décret n° 2012-1153 du 15 octobre 2012) relatif aux espaces de rencontre destinés au maintien des liens entre un enfant et ses parents ou un tiers, d’une circulaire (circulaire N° DGSC/SD2C/2013/240 du 28 juin 2013) relative à l’organisation et à l’agrément des espaces de rencontre.

La Fédération Française des Espaces de Rencontre réunit les associations françaises mettant en œuvre de tels Espaces depuis 1994. Elle regroupe 2/3 des 150 espaces en France. De tels dispositifs existent en Europe et en Amérique du Nord selon des modalités variables.

Qu’apporte ce dispositif pour les familles qui en bénéficient ?

C’est précisément un fort enjeu de la recherche. En France, aucune évaluation scientifique n’a encore jamais été réalisée pour connaître les influences de ce dispositif sur le devenir des liens, pour les enfants ayant fait l’expérience de rencontrer l’un de leur parent dans de tels espaces. La FFER sollicite les chercheurs de l’équipe BePsyLab (Bien-être, Processus de subjectivation) par ailleurs inscrite dans le programme de recherche EnJeu[x] (Enfance et Jeunesse), avec un axe de recherche sur la filiation et la famille, pour définir un cadre de recherche approprié à une telle étude.

Rappelons que les espaces de rencontre viennent « questionner la place de la conception de l’enfant dans notre société et les attributions et les rôles de ses parents dans le respect de leurs différences. Nés d’une double préoccupation concernant l’intérêt de l’enfant dans le divorce, et la convention des droits de l’enfant qui affirme comme inaliénable le droit d’accès à chacun de ses parents, ils constituent dans le champ social « un espace du dire » inédit » (Avant-propos, texte d’introduction de la journée d’études de Bordeaux, 29 novembre 2016, FFER).

Les espaces de rencontres s’inscrivent donc dans des pratiques innovantes qui défendent l’idée de la construction d’une position subjective de l’enfant, lui permettant de se situer à la fois dans la singularité de sa filiation et la reconnaissance de sa double filiation. Il apparaît essentiel de s’interroger si de telles intentions ont été atteintes en recueillant l’avis des premiers intéressés, les enfants devenus aujourd’hui adultes. Les années 2000-2012 retenues pour l’étude apparaissent pertinentes car elles tiennent compte de l’expérience des pratiques des espaces de rencontre qui existent alors depuis déjà plus de 10 ans et de l’évolution des enfants qui pour la plupart sont alors devenus effectivement adultes.

Quels sont les objectifs de l’étude ?

  1. Identifier dans l’après coup, la manière dont les personnes devenues adultes ont vécu les visites de l’un de leur parent en tant qu’enfant dans un espace de rencontre, et pour cela recueillir leurs représentations et leurs récits, explorer leurs souvenirs.
  2. Savoir si le maintien des liens a perduré au-delà de l’espace de rencontre et dans quelles conditions, explorer en quoi l’espace de rencontre a eu une influence sur l’évolution de ces liens et dans quel sens ? Comprendre les incidences de ces visites dans le parcours du sujet et le retentissement qu’elles ont aujourd’hui dans la construction de la sa vie adulte et dans ses projets, évaluer les effets dans sa capacité à faire lien de manière générale aujourd’hui.
  3. Mettre le sujet en position de co-évaluateur du dispositif espace de rencontre en lui demandant, dans l’après-coup ce qu’il faudrait changer ou maintenir dans le fonctionnement des espaces de rencontre, lui demander s’il aurait d’autres propositions d’accompagnement possible pour aider les enfants ayant été confrontés à la même situation que lui.
  4. Mettre en relation les pratiques d’intervention dans ces espaces, (aménagement de l’espace, histoire, relation avec chacun des parents et éventuellement des tiers, relation avec l(es)’enfant(s), relations avec le Juge aux affaires familiales, application de l’ordonnance, travail d’équipe, coût ou non de l’intervention…) et l’expérience vécue par le sujet (du jeune).

Comment sera-t-elle mise en œuvre ?

L’étude s’effectuera en 2 temps en s’appuyant sur 6 espaces de rencontre de la FFER répartis sur le territoire français (Bordeaux, Cahors, Cholet, Reims, Saint-Etienne, Versailles)

Premier temps : 2018-2019

  1. Recueil de données sous forme d’entretiens et de vidéos dans les 6 espaces de rencontre sur la genèse et l’évolution des pratiques en matière d’Espace de Rencontre entre 2000 et 2012. Recensement des sources et analyse.
  2. Enquête quantitative (estimation 300) sur le devenir des enfants devenus majeurs ayant bénéficié du dispositif entre 2000 et 2012 pendant au moins 6 mois.
  3. Études sur l’archivage des données des Espaces de rencontre

Deuxième temps : 2019-2020

Enquête qualitative sur le devenir des enfants ayant bénéficié du dispositif entre 2000 et 2012 à partir d’entretiens cliniques de recherche auprès de 30 jeunes (18-30 ans) volontaires et recrutés à partir du questionnaire (15 en 2019 ; 15 en 2020). Recueil, transcription et analyse.

Facebooktwittergoogle_plus