Appel à candidature : allocation de thèse SHS (co-financement Région Pays de la Loire et programme de recherche européen READ-IT)

AAC

Appel à candidature pour allocation de thèse SHS (co-financement Région pays-de-la-Loire et programme de recherche européen READ-IT (JPI-CH– www.readit-project.eu;

Discipline(s) : Littérature, Sciences de l’Information et Communication, Histoire culturelle, sciences cognitives, Humanités numériques.

Laboratoire d’accueil : Langues, Littératures, Linguistique des Universités d’Angers et du Mans (3LAM – EA 4335)

Site : Le Mans Université

Directeur de thèse :  Pr. Brigitte OUVRY-VIAL (3LAM – Le Mans Université) Lettres et Sciences de l’Information & Communication

Ecole doctorale : Arts, Lettres, Langues (ALL)

Thématique scientifique : REPONSE AUX ENJEUX SOCIETAUX / SHS : Santé, bien-être, sociétésCulture et Patrimoine

Modalités de candidature (12 juillet 2020) :

Envoi d’un cv avec notes de master et lettre de candidature détaillant la motivation à l’égard du sujet proposé, les travaux antérieurs effectués et les compétences (y compris en Humanités numériques) permettant  d’apprécier la pertinence de la candidature. Contact : brigitte.ouvry-vial@univ-lemans.fr

 

Sujet de thèse et descriptif :

Modéliser les émotions de lecteurs ordinaires à partir de témoignages écrits, de sources patrimoniales et recueils d’histoire orale (1960-2015).

L’analyse de milliers de témoignages de lecteurs ordinaires décrivant leurs souvenirs et plaisirs de lecture depuis l’arrivée du livre de poche jusqu’à la révolution numérique, démontrera l’importance du livre moins comme source de connaissance que de bien-être, et de la lecture de loisir comme « baguette de sourcier localisant nos dispositions, nos désirs et nos inclinations » (Iser, 1993). Le corpus (anglais et français) inclura (1) 50 interviews de membres de Book clubs anglais et écossais (Scottish Readers Remember, 2008-2010 et Memories of Fiction, 2011-2014), (2) un choix de 2000 lettres de candidats au jury populaire du Prix du Livre Inter (1970-2010), sur les 35000 déposées par Radio France aux Archives Nationales. En explorant ces corpus inconnus via les outils innovants développés par READ-IT, la thèse contribuera à un double défi scientifique majeur : révéler l’importance sociale du partage des impressions de lectures et définir la nature spécifique de ces émotions.

Objectifs scientifiques :

Lever les 3 verrous thématiques, disciplinaires et méthodologiques suivants :

Les travaux menés depuis la fin des années 1990 ont permis de revendiquer l’acte de lire comme une interaction dynamique entre texte et lecteur. La question de savoir « pourquoi et comment les gens lisent » (Darnton 1986) reste toutefois entière. La lecture est en effet une activité mentale difficile à enregistrer qui ne laisse pas de traces directes, une réponse multiforme à des stimuli multiples, pour partie liés à l’objet et au contenu lus et pour partie aux dispositions personnelles des lecteurs (Calvino, 1993) mais ses spécificités ne sont pas identifiées (Nenadić, Oljača, 2019).

La recherche est pour le moment divisée entre une approche socioculturelle et une approche par les sciences cognitives qui ne sont pas connectées : la thèse visera l’élaboration d’un cadre d’étude commun (Mangen, van der Weel 2016) des causes et des effets motivationnels de la lecture. Pour relever ce défi, il faut fusionner des concepts issus de la théorie littéraire, de l’histoire culturelle, des études cognitives et combler le fossé méthodologique entre étude empirique des affects dans les représentations culturelles et analyse computationnelle des émotions esthétiques.

Ceci suppose aussi de comparer les témoignages de lecteurs ordinaires et réels rendant compte d’émotions suscitées par divers genres littéraires sur une période de changements profonds dans les usages de la culture écrite ; de saisir et cartographier l’extrême diversité d’expression et d’origine des émotions qu’il s’agisse du contenu, du format, de l’identité de genre des lecteurs ou encore des circonstances telles que les lieux de lecture ; de comprendre le mélange de pensées et émotions décrit par les lecteurs, de modéliser les relations typiques entre motivation de lecture et sentiments éprouvés et mettre ces catégories en relation avec les récentes théories psychologiques de Scherer (2005). 

Programme de travail :

3 étapes sur 36 mois, coordonnées avec READ-IT, associant apprentissage automatique et analyse empirique des données caractérisées par leur fluidité, ambiguïté, dispersion, dépendance contextuelle, modalités expressives floues (rires, métaphores, interjections) ex: “I feel while reading her poems that a sweet and healthy tone of mind breathes through them” (1970); “Je lisais un livre de Duras en cuisinant, je ne sais plus lequel, du coup il était tout taché, ah, ah, ah !” (1980). 

(M1-M6), Construction du corpus de souvenirs de lecture. Sélection, numérisation, traitement, annotation via l’interface READ-IT. Transcription automatique des fichiers-audio. OCR des sources manuscrites peu lisibles.

(M6-M12) Extraction et classement des émotions à partir de l’analyse des formes expressives, aux classifications existantes d’émotions esthétiques ; relier émotions et cause exprimée ; relier les entités nommées à des thésaurus fournissant ainsi une ontologie formelle ou système de représentation des émotions pour l’étape d’interprétation.

(M12-M24) Analyser la spécificité des émotions de lecture, i.e. relier les genres (Philo, fiction populaire, classiques, etc.), contexte national, langue (anglais/ français), aux réactions (objectif / subjectif, positif / négatif, empathique, etc.) ; contextualiser les émotions par rapport à des paramètres historiques, culturels et littéraires : «Points communs dans l’expression multilingue des émotions»; «Plaisirs de lecture et genre des lecteurs»; «Modèles d’émotions : connaissance ; introspection, etc. » 

➢(M24-M36) Rédaction de la monographie en vue de la soutenance et publication de données en open source, i.e. transmission en open source des données primaires (collection virtuelle d’extraits textuels et images décrivant des émotions de lecture), des données enrichies sous forme d’ontologies et de thésaurus, d’un graphe de connaissances résumant les résultats en vue d’une réutilisation scientifique ultérieure, des études de cas.  

Action de culture scientifique, technique et industrielle (CSTI) qui sera mise en œuvre par le doctorant :

Enquête en ligne et entretiens semi-directifs jeunes lecteurs incluant des membres du jury du Prix du livre Inter (utilisant le dispositif de captation du USERLAB+ développé au Mans dans le projet CPER PRECAT). Actions de science participative en bibliothèques. Participation aux ateliers des professionnels du livre en Région Pays de la Loire (Mobilis). Campagnes de crowdsourcing au Salon du livre de Paris et à la Foire de Francfort. Présentation à Sciences sur le pouce (Le Mans U.), Nuit européenne des chercheurs, Journées des doctorants de l’ED ALL, interventions en formations de master L&L, etc.

N.B. Ce sujet de thèse s’inscrit dans le prolongement et en complément du programme READ-IT (www.readit-project.eu) ou Reading Europe Advanced Data Investigation Tool, un projet européen de recherche et développement financé par la EU Joint Programming Initiative for Digital Cultural Heritage (2018-2022). Il associe des chercheurs en histoire du livre, sociologie de la lecture, humanités numériques et intelligence artificielle. Il vise la construction d’une interface d’exploration et annotation de sources patrimoniales numérisées sur la lecture en Europe (18e-XXIe) – surtout textes et en petite partie images- venant de sources d’archives, bases de données, réseaux sociaux de lecteurs (Goodreads, Babelio..), ou encore de collectes de données éphémères sur le web (posts, tweets), etc.  L’interface et ses logiciels intégrés, en open access, sont destinés aux chercheurs SHS (histoire du livre, histoire littéraire, sociologie, sciences cognitives) et au grand public désireux de découvrir et explorer automatiquement de très vastes corpus dans le but de répondre à la question – toujours ouverte- de savoir comment et pourquoi les gens lisaient et lisent encore en Europe.  READ-IT est avant tout un projet de R&D. Il donne lieu à quelques études de cas thématiques pour valider le fonctionnement de l’outil, mais le point focal est d’abord technologique. Il devrait permettre de détecter, ultérieurement, dans les sources patrimoniales, les principaux éléments constitutifs de toute expérience de lecture – le lecteur, le medium ou contenu avec lequel il interagit, les circonstances de lecture-, et l’expression globale de la réponse du lecteur. Il ne permettra pas de détecter finement les émotions (sentiments et jugements) du lecteur lesquels requièrent une recherche spécifique et approfondie.

Bibliographie :

  • ADLER, L., BOLLMANN, S., 2011. Les femmes qui lisent sont dangereuses. Paris: Flammarion. 
  • ALLAN, D., 2008. A nation of readers: the lending library in Georgian England. British Library. 
  • ALTICK, R., 1998. The English common reader, 1800-1900. Ohio State University Press. 
  • BARTHES, R., 1973. Le plaisir du texte. Seuil.1984. La mort de l’auteur. Essais critiques IV. Seuil.
  • BERNARD, J., 2015. Les voies d’approche des émotions. Terrains/Théories.
  • BRAIDA, L., OUVRY-VIAL, B. (eds),2020. Textes, Formes, Lectures en Europe. PUR
  • BROOMHALL, S., et al. (eds.), 2019. A Cultural History of the Emotions. Bloomsbury. 
  • BURKE, M., KUZMICOVA, A., et al., 2016. Empathy at the Confluence of Neuroscience and Empirical Literary Studies. Scientific Study of Literature .Vol. 6, no. 1, pp. 6–41. 
  • BURKE, M., 2011. Literary reading, cognition and emotion. New York: Routledge.
  • CALVINO, I., 1993. Pourquoi lire les classiques. Paris, France: Éditions du Seuil. 
  • CARR, N., 2010. What the internet is doing to our brains. New York: WW Norton & Co.
  • CAVALLO, G. and CHARTIER, R., 1995. Storia della lettura nel mondo occidentale. Rome: Laterza. 2001. CERTEAU, M. de, 1990. L’invention du quotidien. 1, Arts de faire. Gallimard.
  • CORBIN, A., COURTINE, J.-J., VIGARELLO, G. (eds.), 2017. Histoire des émotions. Seuil.
  • COWIE, R., DOUGLAS-COWIE, E., COX, C., 2005. Beyond emotion archetypes: Databases for emotion modelling using neural networks. Neural Networks Vol. 18, no. 4, pp. 371–388.
  • CRAPANZANO, V., 1994. Réflexions sur une anthropologie des émotions. Terrain. Anthropologie & sciences humaines, Vol. 22, pp. 109–117.
  • DARNTON, R., 1986. First Steps Toward a History of Reading. Australian Journal of French Studies. 1 September 1986. Vol. 23, pp. 5–30.
  • DEHAENE, S., 2010. Reading in the brain. New York: Penguin Books.
  • DRISCOLL, B., REHBERG SEDO, D., 2018. Faraway, So Close: Seeing the Intimacy in Goodreads Reviews. Qualitative Inquiry [Online].
  • ECO, U., 1979. Lector in fabula: la cooperazione interpretativa nei testi narrativi. Milano: V. Bompiani. The role of the reader: explorations in the semiotics of texts. Indiana University Press.
  • EKMAN, P., 1999. Basic Emotions. Handbook of Cognition and Emotion. John Wiley, pp. 45–60. 
  • ELIOT, S., 1986. Public libraries and popular authors, 1883-1912.London: Open University Press.
  • EUSTACE, N. et al., 2012. AHR Conversation: The Historical Study of Emotions. The American Historical Review. 2012. Vol. 117, no. 5, pp. 1487–1531.
  • FLAM,H., KLERES, J. (eds),2015. New Methods of exploring emotions. NY: Routledge.
  • FLINT, K., 1993. The woman reader, 1837-1914. Oxford: Oxford University Press. 
  • FLYNN, E., SCHWEICKART, P., 1986. Gender and reading: essays on readers, texts, and contexts. Baltimore: Johns Hopkins University Press.
  • FOUCAULT, M., 1969. Qu’est-ce qu’un auteur ? Dits et écrits, t. I. Paris: Gallimard. pp. 789–821.
  • FREEMAN, D., 2014. Art’s Emotions: Ethics, Expression and Aesthetic Experience. Routledge. FREEMAN, R.,. SAUNDERS, E., 2016. E-Book Reading Practices in Different Subject Areas: An Exploratory Log Analysis. West Lafayette: Purdue University Press.
  • FULLER, D., REHBERG SEDO, D., 2013. Reading beyond the book: the social practices of contemporary literary culture. New York: Routledge.2016. Mass Reading Events and the Possibilities of Pleasure. Plotting the reading experience: theory, practice, politics. Wilfried Laurier U. Press.
  • HERMANS, D., RIME,B., MESQUITA, B. (eds), 2013. Changing Emotions. Psychology Press.
  • ISER, W., 1978. The Act of Reading: a Theory of Aesthetic Response. Routledge & Kegan Paul. 
  • ISER, W., 1993. Prospecting: from reader response to literary anthropology.Johns Hopkins UP. 
  • JACOBS, A., 2011. The pleasures of reading in an age of distraction. Oxford University Press. 
  • JACOBS, A., 2015. Towards a Neurocognitive Poetics Model of literary reading.Towards a cognitive neuroscience of natural language use. Cambridge University Press. pp. 135–195.
  • JAUSS, H.- R.,1982. Aesthetic experience and literary hermeneutics. U. of Minnesota Press. 
  • KAUR, J., SAINI, J., 2014. Emotion Detection and Sentiment Analysis in Text Corpus. IJCA Intnl Journal of Computer Applications. Vol.101, no. 9.
  • KIM, E., KLINGER, R., 2018. Who Feels What and Why? Annotation of a Literature Corpus with Semantic Roles of Emotions. Proceedings COLING 2018 Santa Fe. 2019a. Learning to Classify Emotional Relationships of Fictional Characters. Proceedings 2019 Conference of the NA Chapter of the Association for Computational Linguistics. Minneapolis. 2019b. Emotion Communication Channels in Fan Fiction: Towards Emotional Storytelling. Proceedings 2d Workshop of Storytelling.
  • KRÖMER, C., 2018. Reading (dis)pleasure in the digital age. 16th Conference of the International Society for the Empirical Study of Literature and Media 2018. U. of Stavanger.
  • KUZMICOVA, A., 2016. Does It Matter Where You Read? Situating Narrative in Physical Environment. Communication Theory [online]. Vol. 26, no. 3, pp. 290–308.
  • LAHIRE, B., 2004. La culture des individus. Paris: La Découverte. 
  • LYONS, M.; TAKSA, L., 1992, Australian Readers Remember, Oxford U. Press, Melbourne.
  • MANGEN, A., KUIKEN, D., 2014. Lost in an iPad: Narrative engagement on paper and tablet. Scientific Study of Literature [online]. Vol. 4, no. 2, pp. 150–177.
  • MANGEN, A., VAN DER WEEL, A., 2016. The evolution of reading in the age of digitisation: an integrative framework for reading research. Literacy [online]. Vol. 50, no. 3, pp. 116–124.
  • MAR, R., A. OATLEY, K., 2008. The Function of Fiction is the Abstraction and Simulation of Social Experience. Perspectives on Psychological Science [online]. Vol. 3, no. 3, pp. 173–192.
  • MATHIEU, Y., 2005. Annotation of Emotions and Feelings in Texts. In: Affective Computing and Intelligent Interaction. Springer Berlin Heidelberg. 2005. pp. 350–357.
  • MURRAY, S., 2018. The digital literary sphere. Baltimore: Johns Hopkins University Press. 
  • NASH, C., 1998. Mapping Emotion. Environment & Planning: Society and Space. Vol. 16, p. 1–9.
  • NENADIĆ, F., OLJAČA, M., 2019. Individual differences in literary reading: Dimensions or categories. Psihologija [online]. 2019. Vol. 52, no. 2, pp. 179–196.
  • NUSSBAUM, M., 1997. Cultivating humanity: Cambridge: Harvard University Press. 2001. Upheavals of Thought. Cambridge:Cambridge U. Press.
  • OUVRY-VIAL, B., 2006. Performance du texte dans le livre.Textes en performance. Geneva: Métis Presses. 2010. Bedtime Storytelling Revisited: Le Père Castor and Children’s Audiobooks. Audiobooks, Literature, and Sound Studies. New York: Routledge. pp. 178–198. 2012. Livres, lectures et constructions identitaires. Facteurs d’identité = Faktoren der Identität. Bern: Peter Lang. pp. 139–161. 2019a. Conception éditoriale du lecteur (France 1950-70). Mémoires du livre Vol. 10, no. 2. 2019b. Reading seen as a Commons. Participations: journal of audience and reception studies Vol. 16, no. 1, pp. 141–173. 2014-2017.
  • PERAK, B., 2017. Conceptualisation of the Emotion Terms.Cognitive Modelling in Language and Discourse across Cultures. Newcastle upon Tyne: Cambridge Scholars Publishing. pp. 299–319.
  • PICARD, M., 1986. La lecture comme jeu: essai sur la littérature. Paris: Editions de Minuit. 
  • PLAMPER, J., 2017. The history of emotions: an introduction. Oxford: Oxford University Press. 
  • PYRHÖNEN, H., KANTOLA, J., 2018., Reading today. London: UCL Press. pp. 1–12.
  • ROSENWEIN, B., 2010. Problems & Methods in the History of Emotions. Passions in Context I.
  • ROUXEL, A., 2018. Oser lire à partir de soi. Revista Brasileira Literatura Comparada Vol. 20, no. 35.
  • RUBERY, M. (ed.), 2011. Audiobooks, literature, and sound studies. New York: Routledge. 
  • SCHERER, K., 2005. What are emotions? Social Science Information Vol. 44, no. 4, pp. 695–729.
  • SCHINDLER, I. et al.,1995. Emotion in aesthetics. Dordrecht: Springer Netherlands. 
  • STEPHAN, A., 2012. Emotions, Existential Feelings. Emotion Review. Vol. 4, no. 2, pp. 157–162.
  • STEPHAN, A., WALTER, S., 2017.The Situated Perspective on Emotions. ISRE [online].
  • TROIANO, E., PADO, S., KLINGER, R., 2019. Crowdsourcing and Validating Event-focused Emotion Corpora for German and English. Annual Conf. of the Ass. for Computational Linguistics.
  • TROWER, S., 2014-2018. Memories of Fiction: An Oral History. https://memoriesoffiction.org.
  • WICKBERG, D., 2007. What Is the History of Sensibilities? American Historical Review. Vol. 112, 3.
  • WOLF, M., 2008. Proust and the Squid. Harper Perennial. 
Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *