Interview : journées internationales de l’ANL 2020

anl

Rencontre avec Delphine Guedat-Bittighoffer et Virginie Clavreul, organisatrices des journées internationales de l’ANL 2020 à l’Université d’Angers

Les 2èmes journées internationales de l’ANL ont eu lieu à l’UA, les 9, 10 et 11 mars 2020 à la Maison de la Recherche Germaine  Tillion.   

Delphine Guedat-Bittighoffer est enseignante-chercheuse en sciences du langage au laboratoire CIRPaLL et au sein du programme EnJeu[x].  Virginie Clavreul est enseignante de FLE au CeLFE (Centre de langue française pour étrangers). 

Journées internationales de l’ANL 2020, présentation par Virginie Clavreul et Delphine Guedat-Bittighoffer à l’Université d’Angers. Photographie Inès Ricordel et Vi-Tri Truong

L’ANL, ou approche neurolinguistique, est une nouvelle façon de s’approprier les langues secondes ou étrangères. Cette méthode est notamment utilisée dans le cadre de l’apprentissage du français langue étrangère. L’ANL a été conceptualisée par Claude Germain et Joan Netten au milieu des années 1990 au Canada. L’ANL est fondée sur les neurosciences et la didactique des langues. Il n’y a pas d’apprentissage par cœur dans l’ANL mais le développement d’une compétence implicite ; les stratégies d’enseignement visent l’acquisition d’habiletés à communiquer avec aisance et précision grâce à la reprise de structures langagières dans des situations authentiques. Elle favorise l’implication active des apprenants et est en cela source de motivation. L’ANL est expérimentée en milieu adulte à l’Université Normale de Chine du Sud (UNCS, Guangzhou), à Taïwan, au Japon, en Iran, en France et au Québec.  
 
L’ANL est fondée sur cinq principes : «le développement préalable de la compétence implicite pendant la phase orale qui cible la précision et l’aisance dans l’acquisition de la langue cible, le cercle de la littératie (l’apprentissage commence par l’oral puis par la lecture et ensuite l’écriture pour revenir à l’oral), le recours à la pédagogie de projet, l’utilisation de la langue dans des situations authentiques de communication et enfin le recours à des stratégies d’enseignement interactives ». (source : https://www.campus-fle.fr/fr/universite-dangers-un-projet-federateur-autour-de-lanl/ 

  • Pourquoi organiser des journées internationales de l’ANL à l’UA ?  

Delphine Guedat-Bittighoffer : J’ai régulièrement présenté l’ANL aux étudiant.e.s du Master 1 FLE depuis que je suis en poste à l’Université d’Angers, c’est-à-dire depuis 2014. J’étais aussi en contact régulier avec Claude Germain à qui je posais très souvent les questions des étudiant.e.s du cours. Ce sont ces questions posées par les étudiant.e.s et puis celles aussi posées par le public au cours de ses conférences qui ont poussé Claude Germain à rédiger en 2017 l’ouvrage « L’approche neurolinguistique. Foire aux questions » chez Myosostis Presse. Pour nous remercier d’avoir contribué à la conception de cet ouvrage, Claude Germain a proposé de venir faire un cycle de conférences à Angers et à Nantes mais surtout de dispenser une formation en ANL en février 2018 à la MRGT à laquelle nous avons participé avec Virginie Clavreul, ainsi que 11 étudiant.e.s du Master 1 FLE d’Angers promotion 2018-2019. La venue de Claude Germain à Angers a insufflé une dynamique au sein du CeLFE sous l’initiative de Virginie et au sein du Master 1 et 2 FLE car les étudiant.e.s ont commencé à faire des mémoires sur l’ANL et enfin, des projets de recherche sont nés comme celui d’ANL4AMi  (Approche neurolinguistique pour adolescents migrants) qui a commencé en novembre 2018 et qui va continuer jusqu’en juin 2021. Ce projet de recherche est en partie financé par l’axe 1 d’Enjeux. Un autre projet est né également à Nantes, ALS via ANL. Un réseau de recherche internationale a également été créé depuis 2019 ce qui permet notamment une collaboration très étroite entre l’Université normale de Chine du Sud et l’Université d’Angers. Une délégation de cette université a rendu visite à notre université en juillet 2019. 

Virginie Clavreul : Depuis plus de deux ans nous adaptons l’ANL à l’enseignement du FLE auprès des étudiants internationaux de l’UA. L’équipe enseignante s’est formée en janvier 2019 pour tester la méthode. Des étudiants de Master 2 soutiennent ce travail en créant du matériel pour la classe et alimentent notre réflexion par le biais de leur mémoire de recherche. L’organisation de ces journées illustre de ce fait la dynamique amorcée tant sur le plan de la recherche avec les projets de Delphine que sur le plan pédagogique au CeLFE. Il y a nécessité d’entretenir un lien étroit entre les deux dimensions ; le terrain à l’UA est en cela idéal. 

Le projet ANL4Ami : ou comment améliorer l’apprentissage du français langue seconde par les adolescents migrants en contexte scolaire en les sécurisant sur le plan affectivo-émotionnel ?   

« ANL4Ami »  est un projet mené par Delphine Guedat-Bittighoffer avec Marie-Ange Dat, enseignante-chercheuse en sciences du langage à l’Université de Nantes rattachée au laboratoire LLING, et Isabelle Nocus, enseignante-chercheuse-HDR en psychologie à l’Université de Nantes rattachée au laboratoire du CREN. L’objectif de ce projet est d’étudier les effets de l’ANL auprès d’adolescents migrants scolarisés ou non antérieurement (SA ou NSA) dans leur pays d’origine sur : les compétences langagières orales, les compétences langagières écrites (lecture et production écrite) et le plan affectivo-émotionnel (« public vulnérable », Moro, 2012). Plus d’informations sur ANL4AMi : https://bienetreenfants.sciencesconf.org/data/pages/Presentation_du_projet_ANL4AMi_ou_comment_ameliorer_l_apprentissage_du_francais_langue_seconde_par_les_adolescents_migrants_en_contexte_scolaire_en_les_securisant_sur_le_p.pdf  

  • Vous avez choisi de proposer différents événements : des journées d’études réunissant plus particulièrement les chercheurs, ainsi qu’une soirée publique. Quels étaient les objectifs des journées d’études ?

Delphine Guédat-Bittighoffer : Ces journées ont donc fait suite à celles qui avaient déjà été organisées en février 2019, les 4 et 5 février, une table ronde avait déjà été organisée en soirée le 4 février 2019. Il s’agissait avant tout pour nous de faire communiquer les chercheuses impliquées dans les projets de recherche en cours sur l’ANL. Mais ces journées ont permis également à plusieurs étudiant.e.s ou anciennes étudiantes du Master 2 ProFLAM d’Angers de communiquer sur leur mémoire autour de l’ANL. Les enseignant.e.s de FLE/S qui pratiquent l’ANL dans différents contextes depuis plus ou moins longtemps en France ou à l’étranger ont par ailleurs pu partager leurs expériences et échanger sur leurs difficultés respectives dans l’enseignement de l’ANL. Ces journées permettent aussi de mutualiser les ressources pédagogiques autour de l’ANL.  

Nous voulions favoriser la rencontre des chercheurs, chercheuses, des praticiens,  praticiennes de l’ANL, des formateurs, formatrices de l’ANL. La dimension internationale est importante : des membres des équipes de l’Université de Kyoto, de l’Université de Chine du Sud, de l’Université de Poitiers, de Nantes et des personnes venant de Paris, du Canada ont été présent.e.s pendant ces trois jours souvent à distance malheureusement alors qu’ils auraient dû être présent.e.s avec nous mais la crise du coronavirus a un peu compliqué les choses.   

Virginie Clavreul : Ces journées avaient également l’objectif de mettre en contact des praticiens expérimentés et d’autres tout juste formés, voire pas encore : on le sait, il est nécessaire pour mettre en œuvre une innovation pédagogique de cette envergure de pouvoir échanger avec des formateurs aguerris, de bénéficier des expériences déjà menées, au Canada, en Chine… Et puis recherche et pratique(s) de classe se nourrissent l’une de l’autre et je crois que ces journées ont amplement rempli cet objectif également ! 

Journées internationales de l’ANL 2020 : les journées d’études. Photographies par Inès Ricordel et Vi-Tri Truong
  • Pouvez-vous nous parler des temps forts de ces journées ? 

Delphine Guédat-Bittighoffer : Les temps forts ont été nombreux. Tout d’abord, je pense qu’il faut saluer la qualité des communications qui ont été faites ! Et puis les échanges entre tous les participant.e.s à ces journées ont été très riches pour tout le monde, je pense. Les témoignages vont dans ce sens en tout cas. Nous avons aussi voulu ouvrir les deux premières journées au public, ce qui n’avait pas été le cas en février 2019. Là aussi, les retours sont très positifs, les personnes présentes nous ont dit qu’ils avaient apprécié les communications, les échanges et les questionnements autour de l’ANL que certain.es découvraient à cette occasion.  

Virginie Clavreul : Le dernier temps fort de ces journées a été la 3ème, destinée aux enseignants de langues qui pratiquent l’ANL. Elle a été consacrée aux questionnements pédagogiques que suscite l’adaptation de cette méthode à différents publics (non-scripteurs, adolescents, étudiants, adultes…) et aux enjeux pédagogiques qu’elle soulève. Les différentes interventions ont permis de revenir collectivement sur tous les aspects positifs que nous constatons à différents niveaux : progression langagière, acquisition qualitative de l’oral et de l’écrit, développement d’une certaine forme d’intelligence collective chez les apprenants… Mais l’occasion a également été saisie pour aborder les difficultés que nous rencontrons et les ajustements testés chez différents publics (adaptation au public migrant, préparation aux certifications, conception d’unités assouplies pour favoriser l’appropriation des enseignants…) dans un esprit collaboratif très appréciable. La coloration de chacune de ces 3 journées était sensiblement différente mais assurément complémentaire. 

Soirée publique l’ANL en pratique : simulation d’un cours de chinois avec Vi-Tri Truong, formateur ANL, le 10 mars 2020 : les participants expérimentent l’apprentissage selon l’ANL : chacun.e développe l’habileté à communiquer oralement de manière spontanée, grâce à des échanges et à des situations authentiques qui favorisent la motivation. Photographie : Inès Rircordel
  • Quelles sont les perspectives suite à ces journées ?  

Delphine Guédat-Bittighoffer : Les perspectives sont très nombreuses : un colloque international sur l’ANL sera organisé prochainement en Algérie (1), je pense que nous proposerons un symposium à ce colloque. Nous réorganiserons peut-être d’autres journées ANL à Angers (si nous avons les financements pour cela). Les projets de recherche se poursuivent et les premiers résultats seront communiqués en juillet 2021. D’autres formations en ANL seront organisées via le service de la formation continue de l’UA par Virginie.  Des étudiantes qui ont fait leur mémoire de Master 2 sur l’ANL envisagent de faire des thèses. Les partenariats avec les universités partenaires en France (Nantes et Poitiers) et à l’étranger (en Chine et au Japon) sont renforcés grâce à ces journées très denses. Le réseau international de recherche sur l’ANL (R2IANL) continue à se déployer 

Virginie Clavreul : D’un point de vue pédagogique, aujourd’hui, l’accès à du matériel pour la classe est très restreint et l’échange sur les pratiques entre praticiens limité ; ainsi les réflexions qui ont eu lieu sur la structuration et la mutualisation de nos efforts pour la conception d’unités au sein du réseau international que nous avons rejoint me semble être une perspective très stimulante mais surtout déterminante pour la diffusion de cette méthode.

La formation et le suivi des enseignants intéressés par l’ANL constitue également une perspective à développer suite à ces journées. Au CeLFE, l’équipe pédagogique va par exemple se former en cette fin d’année à la conception d’unités pédagogiques afin de créer du nouveau matériel pour un public étudiant.  

L’intérêt pour l’ANL est manifeste. Des journées aussi riches soutiennent donc son appropriation et sa diffusion…dans toutes les directions ! 

Notes :

(1) En raison de la crise sanitaire, la date du colloque sur l’ANL en Algérie n’est pas encore communiquée

RESSOURCES VIDEOS  
Les journées internationales de l’ANL 2020 sont à revoir ici : https://univ-angers.cloud.panopto.eu/Panopto/Pages/Viewer.aspx?id=ef430229-93a7-46ca-aa39-ab7400b71d3f 
Visionnez la conférence de Claude Germain à l’UA en février 2018 : http://canal-ua.univ-angers.fr/avc/courseaccess?id=4240 

LIENS UTILES  : 

ANL Formation : le site d’Inès Ricordel et Vi-Tri Truong, formateurs ANL

Présentation de l’ANL à l’UA et de la venue de Claude Germain dans l’UA Mag n°18

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *