Quand

20 juin 2023 - 21 juin 2023    
En attente

Type d’évènement

SAVE THE DATE COLLOQUE ADOPTION JUIN 2023

Appel à communication | Colloque les 20 et 21 juin 2023 | Angers

Il y a 100 ans, en France, l’adoption des mineurs devenait possible par une loi du 19 juin 1923 autorisant la création d’un lien de filiation juridique entre l’enfant adopté et l’adulte adoptant.

Le colloque organisé par l’UMR TEMOS, le Pôle universitaire ligérien d’études sur l’enfance-jeunesse  et sa chaire ‘Parole et pouvoir d’agir des enfants et des jeunes’ et le programme ANR EN-MIG  a pour objectif de faire le point sur les connaissances et les problématiques de recherche en sciences humaines et sociales sur un siècle d’adoption d’enfants en France.

Au XIXe siècle, avec le Code civil de 1804, l’adoption était réservée aux adultes, mais, comme dans les périodes antérieures, les pratiques de prise en charge d’enfants abandonnés, trouvés ou orphelins étaient nombreuses. L’après Grande Guerre est marqué par une prise de conscience de l’enfance à protéger, par l’évolution du diagnostic médical autour de l’infécondité et par des inquiétudes démographiques. Aussi, la loi sur l’adoption des mineurs de 1923, qui crée une filiation additive, est à deux faces : il s’agit, selon les circonstances, d’offrir une famille à un enfant qui en est dépourvu ou d’accorder un enfant à une famille qui n’en a pas, les deux objectifs pouvant se conjuguer.
En un siècle, la législation sur l’adoption a évolué avec des étapes importantes qui ont modernisé la pratique et l’ont adaptée aux évolutions de la société. L’adoption a été de plus en plus médiatisée et a engendré de nombreux débats, parfois polémiques. Elle pose en effet de grandes questions relatives, notamment, à la filiation, au faire famille, au gouvernement des populations, au caractère illicite de certaines pratiques, à l’identité et aux origines des premières personnes concernées à savoir les personnes adoptées. À côté des acteurs traditionnels de l’adoption – les adoptants, les intermédiaires, les États –, sont venus s’ajouter plus récemment différentes générations de personnes adoptées qui progressivement ont pris la parole pour s’exprimer sur leur expérience vécue.
À l’échelle transnationale, dans le contexte des guerres, de la décolonisation, de la globalisation, en tant que migration singulière, l’adoption internationale a croisé les grandes questions de l’humanitaire et du développement. Le colloque sera aussi l’occasion de marquer le trentième anniversaire de la convention de La Haye (29 mai 1993) dont l’objectif est de réguler les pratiques de l’adoption internationale dans les pays de départ des enfants comme dans les pays d’arrivée.

Si l’approche historique est privilégiée – les communications devront porter sur la période contemporaine considérée, dans son ensemble ou sur un moment donné – les organisateurs du colloque invitent plus largement les chercheur·e·s des sciences humaines et sociales (droit, sociologie, anthropologie, démographie, science politique, psychologie) à proposer des interventions comportant une dimension historique.
Enfin, si le colloque porte sur l’adoption en France depuis un siècle, des communications réellement comparatistes entre la situation française et des situations étrangères seront les bienvenues.

L’appel à communication est disponible ici.