Aller au contenu
Accueil » Actualités » Gouvernance et mode d’accueil : entre enjeux globaux et intérêt de l’enfant | 17.11.2022

Gouvernance et mode d’accueil : entre enjeux globaux et intérêt de l’enfant | 17.11.2022

“Gouvernance et mode d’accueil : entre enjeux globaux et intérêt de l’enfant” est une journée d’études qui se déroulera le 17 novembre prochain à la faculté de Droit d’Angers dans le cadre du projet Garde de l’enfant et service public de la petite enfance (GESPPE).

L’accueil du jeune enfant est une problématique sociale qui s’est développée à compter des années 1970 en lien avec le travail féminin. L’accueil sort alors d’une vision hygiéniste pour devenir un enjeu éducatif, d’émancipation et de prise en charge sociale. Pour autant, le secteur s’est structuré de façon progressive avec un accueil individuel assuré par les assistantes maternelles, les associations et les collectivités territoriales qui ont porté une offre collective de crèche, puis de multi-accueil. Ce secteur a connu cependant de grands bouleversements avec l’ouverture à compter de 2004 au privé lucratif et le développement de nouvelles structures au travers des maisons d’assistantes maternelles et des micro-crèches.

Il en résulte aujourd’hui une certaine complexité à la fois dans les modes de régulation et dans les objectifs recherchés.

Si l’accueil du jeune enfant est un enjeu à la fois de santé publique (1000 premiers jours), d’éducation, de socialisation et d‘égalité des chances, c’est aussi un élément important de conciliation des temps, d’accès et de maintien dans l’emploi ainsi que d’égalité réelle femmes/hommes. Pour répondre à ces différents enjeux et aux besoins des familles, une réforme d’ampleur a été menée sous l’égide d’Adrien Taquet, alors secrétaire d’Etat en 2020/2021. Cette réforme des services aux familles demeure cependant critiquée. L’enfant est trop souvent oublié dans les choix et modes de décision et la notion d’intérêt supérieur de l’enfant trop peu prise en compte.

L’objectif de cette journée d’étude sera dès lors de faire le point, à la fois sur la gouvernance des modes d’accueil en s’appuyant sur un regard comparatiste et sur l’histoire, mais aussi au travers d’une table ronde avec des acteurs de terrain.

La deuxième partie de journée sera tournée vers la place de l’enfant et de la parentalité dans les choix opérés et de ce fait sur la question de l’intérêt de l’enfant et la qualité de l’accueil.

Cette journée d’étude se tiendra en présentiel et en distanciel. Le programme et le lien d’inscription seront prochainement communiqués sur le site internet du Centre Jean Bodin et sur le carnet de recherches du projet.

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.