Mauvaises filles, incorrigibles et rebelles : la websérie documentaire

mauvaises filles websérie

« Les mauvaises filles sont les invisibles de l’Histoire. Pourtant, elles incarnent bel et bien des figures de la révolte, contre les normes sociales et les normes de genre. Traditionnellement perçues comme des victimes au XIXème siècle, « filles perdues » recluses dans le Bon-Pasteur pour y être préservées, les adolescentes, sous le regard de la justice des mineurs au XXème siècle se muent en « rebelles ». Elles sont rétives à l’ordre sexuel, révoltées contre les règles du patriarcat, « incorrigibles » au sein des institutions de rééducation, insoumises à l’égard de la discipline sociale.  » (source : mauvaises-filles.fr)

Un livre, une exposition et une websérie autour des « mauvaises filles »

Après l’ouvrage « Mauvaises filles, incorrigibles et rebelles », et une exposition itinérante, Véronique Blanchard, responsable du centre d’exposition historique (CEH) de Savigny-sur-Orge, David Niget (maître de conférences en Histoire à l’Université d’Angers) et Arnaud Miceli (réalisateur) signent une adaptation sous forme de websérie documentaire. La websérie présente les les portraits théâtralisés de ces jeunes filles, jugées « déviantes » et « dissidentes ». Les témoignages d’anciennes placées et féministes et le décryptage des chercheurs complètent ces portraits.

« Mauvaises filles » : la websérie est désormais disponible en ligne

La websérie a été présentée au public le 28 novembre 2019 à l’Université d’Angers, lors d’une conférence par David Niget, Arnaud Miceli et Véronique Blanchard.

Découvrir la websérie sur le site : mauvaises-filles.fr

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *