Retour sur le colloque « Formes brèves et adolescence » des 19, 20 et 21 juin 2019

formes brèves ado

Cette manifestation scientifique, qui s’est déroulée à l’Université d’Angers, a réuni des spécialistes de renommée internationale autour de l’analyse des liens entre adolescence et les formes brèves. Les adolescents, des pré-adolescents aux jeunes adultes, ont été envisagés comme récepteurs, mais aussi comme producteurs de formes brèves.

Claude Chastagner et François Hugonnier : conférence « Du 45 tours à Youtube, la résistance du single »

Une recherche innovante

Si plusieurs travaux concernent l’imaginaire adolescent ainsi que les liens entre enfance et forme brèves, le rapport entre adolescence et formes brèves est resté peu étudié. Durant trois jours, les interventions ont permis d’étudier des typologies de formes brèves très diverses : narratives, musicales, audiovisuelles, graphiques (les adaptations littéraires, les blogs, les nouvelles, la poésie, les slogans, le graffiti, le rap etc.). L’accent a été porté sur la manière dont les adolescents reçoivent et s’emparent de ces formes brèves.

Revoir le programme

L’UA a rencontré Karima Thomas, organisatrice, à propos du colloque Formes brèves et adolescence : lire l’interview

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *