Cybergénéalogie et filiation

Les pratiques généalogiques contemporaines n’ont pas été étudiées depuis que la mise en ligne de documents d’archives et l’émergence de sites Web entièrement dédiés à la généalogie ont entraîné l’apparition aux cotés des généalogistes traditionnels, de généanautes, cybergénéalogistes ou généalogistes internautes. Le projet cherche à éclairer leurs motivations, leur rapport au passé, leurs sociabilités et stratégies familiales, en ne les considérant pas a priori comme un groupe homogène mais avec une attention portée sur les contextes familiaux. Il s’agit aussi de poser les premiers jalons d’une approche internationale inédite en proposant une méta-analyse en vue de l’élaboration d’une grille d’analyse du développement généalogique d’un pays.

La première étape du projet a été l’élaboration d’une bibliographie internationale à jour et exhaustive sur les pratiques des généalogistes contemporains, avec pour objectifs de réactualiser et de regrouper de manière novatrice les connaissances interdisciplinaires des pratiques de la généalogie sur une période très récente (années 2000 à 2015). L’intérêt s’est porté en particulier sur les mutations observées en lien avec l’utilisation d’Internet.

Pour réaliser cette bibliographie, Adélaïde Laloux, diplômée en archivistique et ingénieure d’étude pour le programme EnJeu[x], sous la direction de Patrice Marcilloux, professeur des universités en archivistique et Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique, a réalisé un dépouillement méthodique de l’ensemble des revues spécialisées connues et disponibles en ligne en archivistique et en sciences sociales, en s’appuyant sur les moteurs de recherche et des bases de données scientifiques. Certains comme Open Grey ou Okina étaient multidisciplinaires et internationaux et d’autres comme Science Direct, ArchivSic ou BiblioSHS beaucoup plus spécialisés. Pour couvrir différentes aires géographiques, des répertoires d’articles comme African Journal Online pour l’Afrique du Sud ou des catalogues collectifs nationaux comme COBISS pour la Slovénie ont été mobilisés.

Le recensement bibliographique est aujourd’hui achevé. Le nombre de références obtenues s’est avéré très aléatoire selon les bases de données interrogées. La disparité des résultats est représentative de l’intérêt de la communauté scientifique nationale pour le sujet à un temps donné. La bibliographie sera à terme facilement partageable en ligne puisqu’elle a été réalisée avec Zotero, un logiciel de gestion de référence gratuit, libre et open source.

Les prochaines étapes sont l’administration d’une enquête internationale en ligne, complétée par des entretiens, avant un colloque international programmé en 2016.

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *